Le choix des sacs : la clé pour limiter les risques de nuisance d’odeurs

Plusieurs provinces canadiennes ont introduit dans leurs réglementations encadrant l’émission d’un certificat d’autorisation pour l’exploitation d’installations de compostage et de biométhanisation des critères qui portent sur les intrants admissibles, et surtout les types de sacs admissibles.

Dans tous les cas, les contraintes imposées visent à limiter les risques de nuisances d’odeurs, en réaction à des problématiques sévères rencontrées sur plusieurs lieux de traitement, où les règles de l’art n’étaient pas suivies.

À titre d’exemples:

Le Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changement climatiques (MDDELCC) a adopté des Lignes directrices pour l’encadrement des activités de compostage et les Lignes directrices pour l’encadrement des activités de biométhanisation, dans lesquelles il précise que:

  • L’acception de matières organiques récupérées en sacs en plastique (compostables ou non) sera discutée dans le cadre de la démarche d’obtention du certificat d’autorisation.  Les explointants devront démontrer que l’installation a été conçue pour gérer adéquatement ces matières en sacs, incluant des mesures de contrôle suffisantes pour gérer le potentiel d’émission d’odeurs plus élevé pour de telles matières organiques.
  • Tout sac en plastique compostable est considéré au même titre que les sacs en plastique, puisqu’il est tout aussi susceptible d’engendrer des conditions anaérobies.
  • Toutefois, les sacs de papier qui ne contiennent aucune pellicule, ou qui contiennent seulement une pellicule cellulosique, ne sont pas inclus dans cette définition, puisqu’ils sont moins susceptibles d’engendrer des conditions anaérobies.
  • Tout exploitant d’un lieu qui reçoit des résidus organiques triés à la source, en sac en plastique, même compostables, doit se munir de bâtiments fermés avec ventilation à pression négative et traitement de l’air vicié pour la réception, le conditionnement et la phase thermophile (compostage) ou le mélange (biométhanisation).   De plus, la phase de maturation ou l’entreposage d’un produit non mature (ex.: digestat) doit se faire sous abri.

Le Ministère de l’Environnement de l’Ontario a aussi dans ses Lignes directrices visant les installations de compostage et l’utilisation du compost en Ontario (MEO, 2012) un critère qui concerne l’acceptation des sacs en plastique:

L’acceptation de matières organiques récupérées en sacs en plastique (compostables ou non) sera discutée dans le cadre de la démarche d’obtention du certificat d’autorisation. Les exploitants devront démontrer que l’installation a été conçue pour gérer adéquatement ces matières en sacs, incluant des mesures de contrôle suffisantes pour gérer le potentiel d’émission d’odeurs plus élevé pour de telles matières organiques.

 

Visionnez maintenant!

Détaillants près de chez vous

Trouver où vous pouvez vous procurer des produits SAC AU SOL dans votre collectivité.
Trouver les détaillants

Dernières Nouvelles

150-000-foyers-supplémentaires-à-la-Ville-de-Montréal!150 000 foyers supplémentaires à la Ville de Montréal!

En savoir plus